Retourner aux enjeux

Frais de scolarité

La question des droits de scolarité était au centre des revendications du mouvement étudiant de 2012. Au cœur du débat se trouvait l’enjeu de la « juste contribution » de chacun au réseau universitaire. Le débat est complexe, car il ne peut être tranché sans faire appel à des questions de valeurs et d’éthique. Plusieurs visions s’affrontent quant à savoir qui profite de l’existence d’un système d’éducation avancé et qui doit en assumer les coûts.


Droits vs Frais

Les droits de scolarité représentent le coût des crédits associés à chaque cours, séminaire ou activité de recherche. Ces droits sont fixés par le gouvernement et encadrés par une règle. Ils ne sont qu’une partie de la facture totale.

Lorsqu’on parle de frais de scolarité, on fait ainsi référence à l’ensemble des frais encourus dans le cadre d’une formation universitaire comprenant les frais institutionnels obligatoires et les droits de scolarité.

Position de l’ÆLIÉS

À propos des droits de scolarité, l’ÆLIÉS souhaite l’instauration d’une gratuité scolaire balisée. Cette notion sous-entend que la gratuité pourrait être limitée par exemple, selon des critères d’admission plus serrés, ou encore qu’elle ne couvrirait qu’un nombre de diplômes ou de crédits d’études préalablement fixé. Nous sommes d’avis que les bénéfices sociaux d’une population plus instruite justifient amplement le choix de la gratuité et nous croyons qu’il est possible d’encadrer cette accessibilité aux études sans imposer de barrières financières importantes.

Documentation

Argumentaire de l'ÆLIÉS

Retourner aux enjeux